Santé en France : une hausse de prix pour 2017

par

Santé en France : une hausse de prix pour 2017

La santé est un des sujets à suivre de près pour cette nouvelle année 2017, en France. De nombreuses réformes sont en train de se préparer, d’autres s’installent déjà peu à peu. Parmi les nouveautés de 2017, on a celle dont on parle depuis 2016 et qui prendra effet, selon les dires, en début de cette nouvelle année : une hausse de prix. Elle sera notamment observée dans la branche des complémentaires santé, mais aussi au niveau du prix de vente des antibiotiques, proposé aux consommateurs. Focus sur cette augmentation des tarifs dans le domaine de la santé en France.

Augmentation des tarifs des complémentaires santé

Les compagnies d’assurances qui offrent leur service en termes de santé ont décidé d’augmenter de manière significative leurs tarifs. Ainsi, il faudra compter une hausse de 3 % à 5 % sur les contrats collectifs ou la mutuelle au sein des entreprises pour les salariés du privé. Tandis qu’une inflation de 2 % à 4 % sera observée au niveau des contrats individuels. Cette hausse est notamment le résultat inévitable de certaines raisons qui découlent en grande partie de la généralisation depuis le mois de janvier de l’année dernière, de la complémentaire santé à tous les salariés. L’augmentation des prix a également été générée selon l’analyse des experts de 3 paramètres qui sont :

– la faible rentabilité que les compagnies d’assurances peuvent tirer des contrats souscrits par les entreprises pour leurs salariés

– la consommation de grande importance au niveau du domaine de l’optique comme l’achat de nouvelles lunettes ou l’acquisition de lentilles de contact

– la hausse des honoraires de consultation, qui passe de 23 € à 25 €,  des médecins généralistes

Médecin

Les médicaments ne sont pas à l’abri non plus de cette inflation dans le secteur de la santé en France. Pour vous procurer vos médicaments, vous pouvez opter pour les pharmacies en ligne et profiter d’un large choix de  remèdes, sans ordonnance. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Flambée du prix des antibiotiques

Cette envolée des prix sur les médicaments concerne trois grands groupes de produits pharmaceutiques. Ce sont entre autres : les antibiotiques, certains sprays nasaux et les antiacides. Cette mesure a été prise pour diverses raisons, mais la plus évoquée reste le désir de limiter, voire éradiquer la surconsommation de certains remèdes issus de l’industrie pharmaceutique.

En effet, il existe des médicaments dont les volumes de ventes sont spectaculaires. La hausse des tarifs ne vise pas à plomber le chiffre d’affaires des géants pharmaceutiques, mais au contraire de préserver la santé des français, selon le ministère des Affaires sociales et de la Santé en France. Une baisse de la consommation des antibiotiques affaiblira la résistance des bactéries face aux traitements médicamenteux et forcerait aussi le recours à ce type de remède que lorsque ce serait réellement indispensable. Concernant les antiacides et les sprays décongestionnants, touchés par cette augmentation des tarifs, la raison est purement financière. Certains de ces médicaments ne seront effectivement plus remboursés pour permettre à l’État de faire plus d’économies.

Bon nombre de praticiens ne sont cependant pas favorables à cette flambée de prix, à ne parler que de celle des antibiotiques, qui sont des médicaments obtenus sous ordonnances. D’après eux, si le but de l’État est d’empêcher une consommation excessive de ces produits, le mieux est d’abord de sensibiliser les prescripteurs. Les publicités sont aussi montrées du doigt pour leur soi-disant incitation à la surconsommation de ces médicaments. Les offres pleuvent tout particulièrement durant la saison froide, sur les remèdes qui ne nécessitent pas de prescriptions médicales. Pour finir, cette hausse constitue la multiplication par 2, et même par 3, du prix d’achat habituel des antibiotiques, des antiacides et certains sprays décongestionnants.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.